Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 14:24

j'aime pas les voeux, tout ca... et ce matin, surprise ! un mail avec un expéditeur au nom du prof de judo d'alice, tiens tiens... et là sous mes yeux, des voeux sympas adressés à tout les parents et enfants du groupe, un chouette mail à la fois doux et tonique, où il est question, comme dans une chanson de Brel, de rêves à poursuivre... j'ai aimé !

j'ai aimé, j'ai eu envie de le dire, j'ai répondu et j'ai raconté... j'ai partagé notre désir de donner à nos loupiots l'envie de rêvasser, j'ai raconté en trois lignes (non 5 en fait) comment nous étions partis à la poursuite d'un rêve...
Jeunes mariés, sac au dos pour un presque-tour-du-monde de 9 mois, tout le monde ou quasi nous a pris pour des fous : adieu paris, son studio riquiqui et ses boulots speed... puis lorsque nous sommes revenus, heureux, bronzés, aérés et pleins de projets, d'envies, de rêves - nourris en somme, et grandis tellement ! - que nous avons choisi un lieu de vie qui nous convenait et y avons trouvé du travail, alors là, les inquiétudes des prudents sont devenues fiel jaloux d'envieux ! et c'est passionnant de voir ce qui retient les gens ! Les finances ? non ! nous dépensions bien moins au fin fond des andes qu'à paris ! c'est la PEUR qui enchaine... c'est con, non ?!! Peur de quitter son nid douillet, peur de la rencontre, peur des ptits microbes et des grosses bebetes... peur du retour, peut etre ? ...

Bien sur trop vite les petites choses superficielles et quotidiennes ont repris le dessus, très vite nous n'avons plus pensé aux femmes courbées dans les rizières à chaque grain que nous versions dans la poubelle, très vite nous n'avons plus pensé à ces petits péruviens marchant sur les sentiers des hauts plateaux lorsque sous l'averse nous montons en voiture, tres vite notre état d'esprit de voyageurs aguerris s'est riquiqui...  j'aime bien ma maison blanche, j'aime bien ma couette blanche, j'aime bien ma vaisselle blanche, j'aime bien mes nappes blanches, mon canapé beige, j'aime bien mes waters bien blancs !, mon grand mac immaculé... j'aime bien mes bains chauds... j'aime bien mes ptits bouts d'tissus, j'aime bien mes bouqins neufs, j'aime bien mes t shirts propres, j'aime bien mes copines, j'aime bien voir mes parents, mes soeurs, leurs loupiots... j'aime bien attendre vincent, j'aime bien etre parfois sans mes enfants...

mais là, ce matin, en lisant ces voeux de judoka, un petit fil ténu s'est déroulé sûrement... souvenirs : sentiments, odeurs, couleurs et paysages, bruits aussi... et ces derniers temps alors que nous parlons tant achat de terrain, poêle, puit canadien, cuisine ikea, nombre de chambres d'enfants, mètres carrés, hauteurs sous plafond, rampants de toiture, ... oui, là, au milieu de ce brouhaha souvent les mots de mon amoureux qui s'est assuré que nous pouvions suspendre un éventuel pret pendant 1 an, qui tend l'oreille lorsqu'on parle de cours par correspondance, qui contemple avec alice le globe allumé sur sa table de nuit... et voilà, mon Essentiel ! mon chéri si fin et si sanglier, mon chéri en Tod's cradingues sur "ses" chantiers, mon chéri qui a des envies de construir et de partir (de partir pour se construire ?), mon chéri si bosseur et si rêveur, mon chéri si routinier et surprenant, mon chéri perclu de douleurs souvent est en fait une locomotive ! une traction avant phénoménale ! Je l'ai souvent suivi la peur au ventre, j'avoue... il y en a eu des ruisseaux de larmes dans des avions, au dessus de cartons de déménagement, c'est vrai !...

Ce matin j'ai compris, voilà, que ca n'était pas qu'un joli rêve, qu'un jour, oui,  sacs au dos et loupiots (3 ? 4 ? 5 ?!) en bandoulière nous partirons... nous rangerons jolis manteaux et canapés beiges, et à l'heure où les filles réclameront téloche et portable c'est des billets d'avions qu'elles recevront !

Alors maintenant j'ai envie, vraiment, de souhaiter à chacun-chacune, pour cette année et toutes celles qui viendront, d'arriver à se laisser porter : de ne pas avoir peur, et de bichonner ses rêves ! ...


(la tête sur les cîmes, les fesses sur le plancher des vaches et les pieds dans le vide,
c'est tellement lui !) :


m_vinc

"Ils savaient tous que c'était impossible. Lui ne le savait pas, et il l'a fait"


Partager cet article

Repost 0
Published by marieandco
commenter cet article

commentaires

mellenine 02/04/2008 14:30

Hum, quel joli message. J'ai un peu tendance à l'oublier ces derniers temps l'envie de partir - trop plongée dans le quotidien -, elle me revient en te lisant ... J'ai repensé au Pérou aussi, que j'avais tellement aimé, il y 2 ans déjà. Merci pour ces jolies pensées que tu fais revenir !

marie 04/03/2008 19:55

A la veille de me lancer dans une nouvelle aventure, un nouveau projet qui risque de bousculer mon petit quotidien tranquille et douillet, ton post m'a fait beaucoup de bien et m'a donné envie d'aller de l'avant et de foncer, foncer, foncer...Merci.

Minia 24/02/2008 22:38

Wahou... ça m'a retourné dans mes chaussettes et mon pyj en pilou! rire! Nous en avons tellement parlé... et cela ne s'est jamais fait... je pensais que c'était trop tard, en lisant ces mots une lueur renait... un jour sans doute... différemment mais librement... merci

cécile 27/01/2008 20:17

Merci pour ce bel article, j'en ai les larmes aux oeil!!! Moi qui rêve de Népal, Tibet, car justement j'en ai marre de ce confort, de ce quotidien, j'ai envie pour moi et mon fils de 5ans, de découvertes et d'ailleurs...J'espère pour vous que tout ce regroupera !!!Tendres pensées

Agnès 23/01/2008 22:17

Merci pour ces mots que je penserai à revenir lire les jours où tout me paraît insurmontable!La photo est magnifique tous commes ta plume.

Archives

Catégories-Pas-À-Jour !