Lundi 31 mars 2014 1 31 /03 /Mars /2014 12:42

III

et voilà mars presque envolé, avalé...

 

Le voisin de février s'en est allé, lui aussi, tranquillement, et il a choisi son moment, j'en suis sure...

 

Je peux palper un peu plus qu'il y a quelques mois à quel point nos enfants grandissent chaque jour, et si je suis attentive, je vois comme ils me font avancer avec eux, aussi. C'est banal, et délicieux... et comme je déguste et bichonne ma veine d'être bien accompagnée par leur père sur ce chemin là !

 

J'ai pu contempler, alors que mes journées à Paris loin des miens ressemblaient à une sorte de staccato émotionnel et temporel, l'expo Larsson et c'était comme si j'avais cessé de respiré jusqu'à ce que je sois ressortie du Petit Palais. Ou bien alors comme si j'y respirais mieux, je n'ai pas trop su ! Mais j'ai vu, aussi, comme ces peintures faisaient naitre sur les visages de ceux qui les regardent, des sourires, de la Joie, et comme une envie de partage. Pendant ce temps, de l'autre côté des murs, passaient Hollande et Xi Jinping. J'ai aussi découvert que le Mojito quand on l'allonge à la mure à côté d'une Amie est encore meilleur, et qu'il le reste quand on le multiplie, même !

Quand je lui ai dit au revoir, samedi, ma tante m'a demandé quel objet j'aimerais avoir d'elle, ensuite : j'ai tout de suite su quoi répondre (à ma grande surprise !) mais c'était la meme chose qu'une de mes soeurs qui est sa filleule, alors... Je crois que c'est juste, comme ça... même si j'aurais adoré abriter ce trésor chez moi ! Sa question m'a déboussolée; je ne l'ai pas aimée, dans l'instant... mais depuis j'y pense, et .... c'est tellement elle !, et si bienveillant...

 

Aussitôt sortie du tgv j'ai filé filé filé de Dole à Gray pour ne pas rater les trois dernières nages d'alice qui était déjà montée sur un podium et qui devait encore en avoir deux : elle qui avait eu si peur, mais si peur !, a vu ce qu'elle était capable de sortir de ses tripes quand elle ne se laisse pas étouffer par la trouille... Nous étions si joyeux, Vincent, Rose et moi !

 

Et puis hier deux heures atroces pour élire le maire de notre commune, après avoir réalisé les embrouilles, les tractations, les réunions secretes et les coups dans le dos... Me voilà premier adjoint (première adjointe ?) d'un maire qui n'est pas celui que j'avais choisi et comme il ne m'a pas choisie non plus, je me dit que ça nous fait déjà un point commun pour faire bonne équipe !! Aussi je porte à chaque instant ce qui m'est Essentiel, et la conscience de ce qui vivent certains, ici et là, de bien plus réellement dramatique... leur est il donné de profiter du parfum des jacinthes et des arbres en fleurs, malgré tout ?

 

Alors en route je réflechi, avec Agathe : "qu'est ce qui me met à l'épreuve ?"

et "pour quoi vous sentez vous reconnaissant ?"...

 

et vous ??

 

 

alice-5181.jpg

Par inspirexpire - Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 7 février 2014 5 07 /02 /Fév /2014 13:51

070214.jpg

 

en janvier il n'y a eu presque rien d'autre que du travail et des visites à mon voisin qui sombre (à quoi on se raccroche quand on n'a ni Famille, ni foi, ni capacité à manger boire bouger, que le cancer prend tout en ne laissant que la puanteur, le vomi, la pisse, la misère ?... le mystère est bien opaque...)

 

Alors c'est peu dire que j'ai  dégusté gouluement quelques parenthèses enchantées : les anniversaires de Rose, puis d'Alice (qui va tellement bien, quel BONHEUR !) et aussi la fête de Marius, le tout très joyeusement célébré / une magnifique sortie à 4 en skating / des fous-rires devant le sens de la répartie incroyablement aiguisé de nos enfants... et leur discussion qui change, tellement / les ateliers sushis dans la cuisine / les coups de fil et meme les tentatives de coups de fil des ami(e)s, les mots déposés par ci, par là, la bienveillance que je sais bien maintenant où trouver du premier coup...

 

Et puis les heures de doute et de peine collantes qui semblent prendre racine, pour tous, dans la boue des champs alentours... mais depuis quelques jours on ne revient plus bredouille des rondes au jardin, la lumière a bel(le) et bien changé, on peut entendre comme un murmure sous terrain et c'est fou le nombre de fleurs, déjà ! Alors on refait du thé des yogi avec plein de citron, et puis on attend...

 

De votre côté de l'écran, 
quels sont les petits cailloux blancs que vous trouvez à déposer le long votre chemin pour ne pas perdre votre nord ??...


070214F.jpg

Par inspirexpire - Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mardi 7 janvier 2014 2 07 /01 /Jan /2014 09:09

voeux2014-angkor2-.jpg

Par inspirexpire - Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Lundi 25 novembre 2013 1 25 /11 /Nov /2013 11:15

samedi matin j'ai cueilli des roses dans le jardin ; de belles roses qui n'avaient pas souffert de la neige tombée dans la semaine, et qui embaument aujourd'hui...

 

samedi midi j'ai suspendu de la nourriture pour les oiseaux, face au lit médicalisé de notre voisin solitaire et mourant...

 

samedi après midi chez mes beaux-parents : la maison était pleine d'enfants petits et grands, de 2 à 40 ans, et le jardin tout blanc... Les repas se prennent à 20 et c'est gai, et bruyant !...

 

dimanche matin nous avons planté tout le monde et sommes partis à deux pour une première petite sortie en skating. Les pistes d'habitude sauvages et calmes étaient presque noires de monde : c'étaient les seules tracées et on y croisait tous les mordus de ski avec leurs bonnes gueules des gens de là haut. Personne ne vous croise (ou ne vous double, dans mon cas !!) sans vous lancer un bonjour ravi et entendu, complice. J'aime voir mon homme s'élancer loin devant, danseur léger sous les sapins blancs. (moi, crapaud maladroit, loin derrière!!) Deux heures après nous retrouvions la cohue des cousins chez mes beaux parents, c'était bien aussi !

Puis chez les miens, de parents, Alice découvrait les boots de ses rêves dans mes affaires de jeune fille et nous sommes restés autour d'un thé, pour les distraire un peu : ils sont inquiets mes parents, et tristes aussi ; la maison semblait si grande, et comme affligée... En grattant on a retrouvé des tas d'aiguilles à tricotter fabriquées par des cousins, et au moins 12 crochets (jamais utilisés par ma mère, mais peut etre par ma grand mère que je n'ai pas connue...)

 

 

Et ce matin un air de vacances étrange avec les chaussures de ski qui sèchent au pied du poele, des listes de cadeaux qui s'allongent, mais du grain à moudre pour mes clients et pas que ; le soleil qui me chauffe les cotelettes jusque devant mon ordinateur.

Il fait beau et froid, chaud dedans, des gens que j'aime sont malmenés et le déjeuner des enfants entrain de cramer, mais les roses à côté de moi sentent si bon...

 

3.jpg

Par inspirexpire - Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés